• Sentier Providence-Brûlé

    Sentier Providence-Brûlé

     

     

     

     

     Extrait du site Clicanoo du JIR (8 septembre 2006) 

     

    Avec la rentrée nous vous proposons une séquence révisions. Au départ de Saint- Denis nous partons pour une grande boucle qui nous conduira successivement au Brûlé, à la Plaine des Chicots, sur les hauteurs de Dos d’Âne, à la Plaine d’Affouches et pour finir au Colorado à la Montagne. Première étape ce dimanche avec la traversée de la forêt de la Providence. Une bonne mise en jambes sans réelles difficultés.

     

    Le sentier sur lequel nous vous entraînons ce week-end est très prisé de tous ceux qui au départ de Saint-Denis s’entraînent pour les courses de montagne ou tout simplement font leur jogging matinal. Le départ se fait dans le parc de la Providence, remarquablement entretenu par l’ONF. Un panneau met en garde contre l’érosion : “Combien de temps gagnez-vous à passer là où les sentiers ne sont pas ? Ce sont des ravines que vous fabriquez.” A méditer ! A partir du parking, le kiosque est donné à 1 km et 15 mn de marche et le Brûlé, notre objectif du jour à 5,5 km et 2h. Quelques marches sur un sol caillouteux et sec et nous voici partis. Des panneaux d’identification de part et d’autre de l’itinéraire nous rappelle que nous sommes dans cette première partie sur un sentier d’interprétation. Quelques racines zèbrent le sol. Nous nous faufilons entre les blocs. Laissons sur la gauche une trace pour aborder une pente assez raide qui nous fait émerger de la végétation. On se replonge aussitôt dans le sous-bois. Nous profitons d’un point de vue sur la rive droite de la ravine du Butor. Nous avalons quelques marches puis dans la foulée quelques lacets, croisant au passage un couple qui de toute évidence n’a pas lu les conseils sur l’érosion. Une dizaine de minutes après avoir quitté le parking, voici le kiosque. De là on bénéficie d’un joli de point de vue sur la partie est de Saint-Denis, la colline de la Providence, le Butor et Gillot. La pente est maintenant plus douce. Attention à ne pas vous engager tout droit sur le sentier d’interprétation. Partez sur la gauche vers le Brûlé en suivant le balisage blanc et rouge. Le sol est toujours caillouteux. On enchaîne une succession de lacets coupés de faux plats. Le paysage s’est escamotée. Nous négocions une portion rectiligne assez raide. Les chocas pullulent. Nous nous enfonçons dans un sous-bois de cryptomérias. Revoici le sentier d’interprétation sur la droite. Continuons tout droit jusqu’à couper une piste forestière. L’itinéraire repart en face. La pente est douche. Nous négligeons une bifurcation sur la droite qui plonge vers une ravine. La forêt est plus clairsemée. Nous restons en corniche au dessus de la ravine. La pente s’accentue. Nous traversons une clairière dominée par les poteaux d’une ligne à haute tension. Revoici la piste. La suivre sur la droite. Le chemin est bétonné. Attention à ne pas manquer le départ du sentier sur la droite entre des filaos. Des traces d’incendie sont bien visibles en rive droite de la ravine du Chaudron. La pente est soutenue sous les filaos. Le sol est tapissé d’aiguilles mais aussi encombré de racines et de caillasses. Après un court faux plat, la grimpette reprend. Lui succède des lacets dans une forêt clairsemée. Ne nous laissons pas distraire par la bifurcation et continuons tout droit. Le sentier est plus large. Sous nos pieds, de la terre battue et des racines. L’ascension est soutenue. La vue se dégage vers l’Est. Nous avalons un long faux plat sur un rein entre deux ravines. La grimpette reprend dans la foulée. La forêt est plus et voici les premiers goyaviers qui bordent quelques lacets. Encore un faux plat en corniche et des lacets. La pente est douce avant que l’on aborde un véritable escalier qui monte tout droit. Nous apercevons des maisons de l’autre côté de la ravine sur la droite. Le sentier la longe en sous-bois. La tentation est grande de partir tout droit. Suivez plutôt les flèches. Les lacets coupés de faux plats se multiplient au milieu des goyaviers. On profite soudain d’une fenêtre ouverte sur l’Est. Le panorama s’étend de Saint-Denis à Bois-Rouge. A nos pieds, les confluents de deux ravines. Nous voici dans une légère descente toujours au milieu des goyaviers. On franchit une première puis une deuxième ravine nichées dans un sous-bois très sombre. Nous sommes toujours en descente, doublant au passage des touffes de bambous. Laissons le départ sur la gauche pour prendre à droite sous les cryptomérias. La pente est douce. Un départ pour mémoire sur la droite. La grimpette s’accentue puis s’atténue. Nous sommes entourés par des murs de goyaviers. Des panneaux d’informations malheureusement tagués, annoncent le but. A la patte d’oie prenez à droite sous les bambous. Un ultime raidillon et nous voici sur la route. L’itinéraire que nous venons d’emprunter est baptisé sentier Mercure. Pour rejoindre le village du Brûlé, partez sur la gauche. Nous vous y retrouverons le week-end prochain. Bonne balade.

    [Alain DUPUIS adupuis@jir.fr]

    « Photos du BrûléRepères et informations pratiques »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :