• Des bâillons dans la maison du Roi.

    Oyez manantes et manants la vilaine histoire des bâillons dans la maison du Roi.

    Au royaume des coraux rompus, une île malade de cette peste, le Roi avait décidé de ne pas faire de vagues pour ne pas aggraver le mal.

    Mal lui en prit, car un thuriféraire du bourgmestre de la capitale du royaume, fort de son entregent auprès du bourgmestre, décida illico et sans s'astreindre aux obligations d'usage d'établir un relais pour le lavage des carrosses dans les "pas du Roi". Les "pas du Roi", bordent tout le royaume et empêchent les quidams d'y faire n'importe quoi au risque d'accroître le mal qui étreint le royaume. Les gazettes du royaume bruissaient de ce scandale inavouable.

    Pourtant des membres de la maison du Roi s'étaient enquis auprès du "grand voyer" (1) de la cité, tout habillé de vert, pour savoir si le thuriféraire contrevenait aux ordonnances royales en s'établissant dans les "pas du Roi". Étant à quia et furibond, le bourgmestre, inféodé au Grand Empereur Boréal, vitupéra tant et si bien que le Roi appela son Grand Chambellan. Lequel trouva vite la solution pour museler les membres de la maison du Roi trop diserts en déclarant : "Un bâillon pour chacun de vous sera séant et vous évitera exil et geôle".

    C'est ainsi que le Grand Empereur Boréal, chantre de la liberté d'expression et du respect du Droit fut dupé, à l'insu de son plein gré, par son féal et par son vassal. Toutes les vagues cessèrent mais le mal était si profond que le royaume fut contraint de changer de nom et devint le royaume des cor-rompus.

    Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

     

    Charles Durand

    Le Brûlé - Saint-Denis

    (1) Le grand voyer était, pendant l’Ancien Régime, celui des grands officiers de la couronne  qui était responsable des routes royales, des alignements urbains, des places publiques, de l’embellissement des villes en général. 

     

    « Les enquêtes d'utilité publique : la démocratie bafouée.Faut-il respecter les traditions ? »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :